Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Confidentiel

  • : Akikcekça - C moâ
  • Akikcekça - C moâ
  • : Je ne m'interdis rien, mais ne ne m'autorise pas tout... BLOG "INCLASSABLE".
  • Contact

A Voir

 


 

 

 

 

 

 

 

 


 
     MOA
      acronyme de:
      Mouvement
      Originel
      de l'Amour
 

 
 

 



 

 

Un peu de moâ

logo--mo---pinceau-et-plume-et-photo.gif

fleche-haut-13-1-copie-1.gif  Cliquer
 
 


 
 
 

 


gif_ordi_et_coeur.gif

 

 

  Communauté des blogs
" vos blogs, en parler"
regoignez-là!


Celle-ci est ouverte à tous et toutes
car elle parle de vos blogs,
vos centres d'intérêts,
vos passions,
de vous...


1604 Blogs!!


 

 

 

MUSIQUE  A ECOUTER

23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 17:26

Une centaine de groupes d’Indiens vivent encore dans l’isolement, sans aucun contact avec la “civilisation”, la plupart au Brésil et au Pérou.
Ils vivent cachés dans la forêt, ils sont totalement autosuffisants et refusent tout contact avec l’homme blanc. On les appelle les “populations indiennes isolées”. Ils ne sont pas plus d’une centaine de groupes dans le monde, dont la majorité vit en Amazonie. Il existe aussi quelques peuples isolés en Asie. Dans cette partie de l’Amérique du Sud, ils sont de plus en plus menacés par l’exploitation intensive de la forêt, qui ouvre d’im­­menses routes dans la jungle pour en ­extraire le bois et les minerais précieux. Mais ces derniers peuples libres de la planète ne sont pas uniquement victimes de la société de consommation ; ils sont également menacés par les missionnaires évangéliques, les équipes de tournage de cinéma et de télévision, et par les touristes en quête d’aventure. Sans compter les chercheurs d’or, les bûcherons, les planteurs de soja et de canne à sucre ou les paysans sans terres.  (Sces Courrier International)

Début février, l’ONG Survival International tirait la sonnette d’alarme en signalant que l’un des derniers peuples autonomes de la forêt du Brésil, les Awás, autrefois sédentaires mais maintenant contraints au nomadisme, risquait de disparaître de la surface de la planète. En effet, les bûcherons ne se trouvent plus qu’à trois kilomètres de l’une de leurs communautés. Il ne reste plus à l’heure actuelle que quelque 300 Awás, dont une soixantaine n’ont jamais eu le moindre contact avec le monde extérieur.
D’autres peuples d’Amazonie sont dans le même cas : les Akuntsus, les Kanoês, les Pirip’kuras, les Korubos, les Zo’és, les Suruwahás… On nie leur existence afin de pouvoir exploiter leur territoire.
Dans la zone sud de l’Amazonie brésilienne, sur les 400 Indiens Akuntsus qui vivaient dans cette région il y a une cinquantaine d’années, il ne reste plus aujourd’hui que 6 individus, cernés par un océan de soja....
Qui s'en soucie?

Partager cet article

Repost 0

commentaires