Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Confidentiel

  • : Akikcekça - C moâ
  • Akikcekça - C moâ
  • : Je ne m'interdis rien, mais ne ne m'autorise pas tout... BLOG "INCLASSABLE".
  • Contact

A Voir

 


 

 

 

 

 

 

 

 


 
     MOA
      acronyme de:
      Mouvement
      Originel
      de l'Amour
 

 
 

 



 

 

Un peu de moâ

logo--mo---pinceau-et-plume-et-photo.gif

fleche-haut-13-1-copie-1.gif  Cliquer
 
 


 
 
 

 


gif_ordi_et_coeur.gif

 

 

  Communauté des blogs
" vos blogs, en parler"
regoignez-là!


Celle-ci est ouverte à tous et toutes
car elle parle de vos blogs,
vos centres d'intérêts,
vos passions,
de vous...


1604 Blogs!!


 

 

 

MUSIQUE  A ECOUTER

28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 10:01


http://www.imagerun.info/img080/jamypamdx4dgwquf.png

J’ai en moi une vision secrète
Une photographie, image muette
Qui bien souvent me parle

Souviens-toi, dit-elle sans hargne.

Surgissant du passé
Remontant les flots, parfois déchaînés
Tels démons grimaçants fantômes hagards
Habitent mon crâne et brouillent mon regard.

Instantanée , prise à" la volée"
Courtisée, ses attraits dévoilés
Expression et émotion de l'instant
Figées à jamais dans le temps.

 

Telle la poésie des mots
Sachant figer les maux
Discrète ne disant mot
Oui, c'est elle la photo.

 

Si un jour au hasard
Que par inadvertance se détourne le regard
Souviens-toi murmure t-elle
De ce temps où tu rêvais d'elle.

J’ai gardé en mon cœur dans un jardin secret
Une photographie au parfum de regret
Qui bien souvent me parle, hantant mon âme

Clic clac, sourires et larmes, ad vitae eternam.



Moâ.

 
Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 11:23


Sourire.gif



Le sourire ne coûte rien
Lui qui fait tant de bien,
Il enrichit ceux qui le reçoivent
Sans appauvrir ceux qui le donnent.


S'il ne dure qu'un instant
Son souvenir est réconfortant,

Nul n'est trop pauvre pour ne pas le donner
Ni assez assez riche pour s'en passer
 
 
Il crée le bonheur à la volée
Etant un signe sensible d'amitié,
Un sourire donne du repos à l'être fatigué
Rend de la vigueur au plus découragé.
 
Si quelquefois vous rencontrez une personne
Qui rien ne vous donne,
Son sourire
que vous guettiez des yeux
Donnez lui le vôtre, soyez généreux.
 
Nul n'a autant besoin d'un sourire
Que celui qui ne peut en donner,
Plutôt que s'en affliger
Lui apprendre à sourire, c'est déjà aimer.

 

 Moa

 


 Mis en forme par Eden
© Le Pinceau et la Plume 

 

Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 17:14



Que j'aimerai voir, belle indolente
Sur ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante
Miroiter ces fresques sur ta peau.
  
Tel un navire qui appareille
S'offrant au vent du matin,
Mon âme rêveuse s'émerveille
En quête de rivages lointains.
 
Ta posture offerte nonchalamment
Belle d'abandon,
Me faire frissonner dans l'attente
Déjà, souffrant mille tentations.

De ton corps qui se déhanche, dénudé
Comme une vague affolant l'eau,
S'empare l'envie de m'immerger
Et me laisser emporter par les flots.

Sur ta chevelure profonde
Aux âcres parfums,
Mer odorante et vagabonde
Quel bonheur de goûter aux embruns.

Quand l'eau de ta bouche remonte
Ressac de vas et viens,
  Boire jusqu'à plus soif, sans honte
Aimer … t'entendre dire "viens".

Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 08:53



Je ne l'entendais pas, tant je la regardais,
Par ses formes offertes, au loin je  me perdais,
Devinant ses dessous et brûlé d'ardeurs folles,
Je l'attirais à moi, comme dans un envol.

Par un long baiser, douce  éternité,
Qui tendit nos deux corps dans l'immobilité,
Elle se renversa, tremblant sous ma caresse,
Sa poitrine oppressée et dure de tendresse.

Se laissant emporter, griser par notre désir
Dans le courant lisse et doux de nos soupirs
Mes mains s'attarder sur ton corps
Tellement en toi, le ressac est si fort.


Haletant comme dans un doux sanglot,
Secouant nos corps tendus vers la félicité,
Nos caresses, nos bouches, nos mots
Faire exulter nos corps  si chauds.

Vint enfin un soupir d'amour, si fort,
Qu'il résonna jusqu'à l'aurore,
Ainsi que deux forçats rivés aux mêmes fers,
Un lien nous tenait, l'affinité des chairs.


De l'odeur ou de ta peau,
Je ne saurai trouver  les mots,
Mais en fermant les yeux, avoir encore le goût,
De ton corps, envahi de désirs fous...

Moa
Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 06:00

Il-restera-de-toi.gif

il restera de toi...

Il restera de toi ce que tu m'as donné
Au lieu de le garder dans des coffres rouillés
Il restera de moi, de mon jardin secret
Une fleur oubliée qui jamais ne s'est pas fanée.

Au soleil de l'amour, ne restent que mains vides
Pour cueillir les détours des étoiles et  nos rides.

Il restera de toi ce que tu as chanté
A celui qui passait sur son chemin désert
Il restera de moi une brise ancrée
Un refrain dans le noir jusqu'au bout de l'hiver.

Au soleil de l'amour, tes bras qui m'enlacent
Jour après jour, pensées toujours vivaces.

Il restera de toi ce que tu m'as offert
Entre tes bras ouverts un matin de soleil
Il restera de moi tout ce que j'ai perdu
Ce que j'ai attendu plus loin que mes réveils.

Au soleil de l'amour, ce cocon protecteur
Qui un jour s'est envolé, mais est resté en mon coeur.

Il restera de toi une larme tombée
Un sourire germé sur les yeux de ton coeur
Il restera de moi ce que tu m'as donné
Et que j'ai partagé aux mendiants du bonheur.

Au soleil de l'amour, particulièrement ce jour
Tu m'as dis aurevoir, et là, ce fut pour toujours.



  Mis en forme par Kyaalys, d'après un texte de S.Weil
© Le Pinceau et la Plume

Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 07:14
Destin.gif
 

Du destin de chacun
On aimerait être devin,
Mais celui de la vie
Souvent on le subit.


Rester debout, avoir du courage
Savoir aussi tourner la page,
S'il est beau de rêver
Douloureuse peut-être la réalité.


On aimerait pouvoir sourire
Sans se soucier du lendemain,
Pouvoir éclater de rire
Ne plus éprouver du chagrin.

 
Sur ce long chemin de la vie
J’ai regardé plus loin,
Avec la terrible envie
De connaître mon destin.


Mais quoi que je veuille
Et quoi que je fasse,
Aujourd’hui, j’en ai fait mon deuil
Ce chemin, c'est la vie qui passe.


Tel le vent je me déplace
Silencieux sans laisser de traces,
Temps qui passe, que rien n'efface
Quoi que je dise, quoi que je fasse.


Signé: Moâ.

 


Ilustration Eden, edition le piceau et la plume

Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article