Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Confidentiel

  • : Akikcekça - C moâ
  • Akikcekça - C moâ
  • : Je ne m'interdis rien, mais ne ne m'autorise pas tout... BLOG "INCLASSABLE".
  • Contact

A Voir

 


 

 

 

 

 

 

 

 


 
     MOA
      acronyme de:
      Mouvement
      Originel
      de l'Amour
 

 
 

 



 

 

Un peu de moâ

logo--mo---pinceau-et-plume-et-photo.gif

fleche-haut-13-1-copie-1.gif  Cliquer
 
 


 
 
 

 


gif_ordi_et_coeur.gif

 

 

  Communauté des blogs
" vos blogs, en parler"
regoignez-là!


Celle-ci est ouverte à tous et toutes
car elle parle de vos blogs,
vos centres d'intérêts,
vos passions,
de vous...


1604 Blogs!!


 

 

 

MUSIQUE  A ECOUTER

28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 11:18
L-amiti--.gif

 

L'amitié nous est chère,
Si recherché ce sentiment
Dans ce monde éphémère,
Parfois ne vit qu’un temps.

Un ami, une amie,
A qui parler,se confier
Espérance d'une vie,
Etre compris et aidé(e).
 

Celui, celle, qui d’un regard,
Ne passe rien mais excuse tout
Sachant être là sans retard,
Et dont la présence absout.

Ne jamais décevoir,
Savoir être toujours présent
Chimère ou espoir?
Surtout aux pires moments.

 

Se réchauffer de son regard,
Celui de l'ami(e) sincère
Cette personne qui nous est chère,
Que l'on appelle la perle rare.

 
Si un jour, las et découragé(e),
Surgissent des idées noires
Que l’âme se charge de désespoir,
Pense à elle… appelle l'amitié...

Signé: Moâ.

 

Poème de Moâ - Mis en forme par Elena
© Le Pinceau et la Plume - 17 août 2000
Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 09:00

 

Sournoise et tapie dans l'ombre
Source de blessures et meurtrissures
Telle est cette bête immonde
Qui toujours hélas perdure.

 

Elle se met à frapper
Oui, c'est elle la haine

Devant laquelle on est désarmé
Violence qui donne des ailes.

Figé, apeuré, terrorisé, blessé(e)
Tu la reçois meurtri(e)
Les mains menottées, ensanglantées
Vite, s'accrocher encore à la vie.

Laissez la s’envoler,
Celle qui marque d'un fer
Fait front, évite de la  propager
Elle, qui fait vivre un enfer.

Relève la tête, toi à genoux
Contre elle, ne plus se soumettre
Ne plie plus sous les coups
Ne la laisse pas se repaître.

 

Dans cet univers de violence
Aux relents nauséabonds
Oppose ton courage à tous vents
Sois toi, résiste et combat avec raison.

Victimes ou bourreaux
Dans cette  humanité en abîme
Derrière ou devant les barreaux
Toujours des êtres de chairs, victimes...

 

Signé: Moa

 

 

Illustration Helena, le pinceau et la plume.

Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 13:12

Aimer.gif

 

A I M E R

Comme un bouton de rose
Fragile et parfumé
Que de toucher on n'ose
De peur de l'abîmer.

Une chevelure éparse
Un vêtement se mettant à flotter
Fragile et en extase
On se met à aimer.

Puis doux parfum de femme
Conquis on ferme les yeux
Ennivré on se pâme
On devient amoureux.

Cette voix qui vous pénètre
                                   Remplie de tendresse                                    
Chaque instant se répète
L'amour est en liesse.  
                                    
Que partage l'âme soeur
Ces plaisirs de vie
A l'unissons des coeurs
Souhaités infinis.
                                                                                                               
Aimer, heureuse est la vie
Tortueux parfois ce chemin
Ennivrant toujours le parfum
Amour... pour rester en vie...


Signé: Moâ.


 Mis en forme par Cécile
© Le Pinceau et la Plume 
Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 14:40

L-arbre-de-vie.gif


Il était une branche au bout de la feuille
Ligne de vie pavée d’insouciance
Vibrant au son du vent
Ligne de cœur  qui un jour  s’effeuille
 
Ligne fourchue, vie de labeurs
Signe de chance
Lignes de cœur
Il était un arbre au bout de la branche
 
Cœur gravé tellement brave
Il était des racines au bout de l'arbre
Un arbre que nul jamais ne vit
Racines sans vignes de vie

Arbre hautain au cœur de marbre
Au bout des racines il était la terre
Humus des amours  brèves
Terre de l‘arbre devenu glabre. 
 
Si un  jour l’arbre vous séduit
Regardez-le, parlez lui
Signe de cœur, signe de vie
C’est une branche qui revit…

 

Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 18:15

Amour-d-hiver.gif


Lorsque les flammes dans l’âtre dansent
Que les phrases n’ont plus de sens

Les yeux mouillés de fatigue et de fumée

Laissent en moi souvenirs et regrets.


De ces veillées si denses
Je m’en  suis imprégné
Et j’ai toujours souvenance
D’un même émoi émerveillé.


Près de cet âtre où nos âmes
Nos deux corps se noyaient
Dans la lumière de cette flamme
Fermant les yeux, l'on se pâmait.
 
Une main tremblante venait se poser
Un regard, un sourire, un baiser
Brûlants, osant quémander
Fébrilement, encore se toucher.

 

De ton souvenir je me vois hanté
Là où il y avait amour, un fantôme s’est logé
Se taire ? Pourquoi faire semblant?

Toi que je j’aimais fougueusement


Sais tu seulement si tu avais continué à vivre
A quel point ma passion t’aurais rendu ivre ?
Mais à quoi bon regretter ce qui ne sera jamais
Se lamenter sur ce qui aurait été ?


Passions et saisons sont-elles éphémères?
Déjà  le froid dans mon coeur m’annonce l’hiver
A l’eau de la fontaine, se mêlent mes larmes
Issues d'un silence devenu vacarme.

 
Tel un fantôme devenu blanc
Neige, pluie et vent
La flamme lentement s’est consumée
Hiver et gelées en moi sont arrivés.


Signé: Moâ.


Illustration Elena, le pinceau et la plume.
Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 17:43
Nostalgie-d-automne.gif



Devant ma porte les feuilles tombent
Quel décor vraiment gracieux
La douceur des couleurs d'automne
Fait vibrer mon cœur et mes yeux.

Avec cette saison je rêve
J'ai un un peu de mélancolie
Les beaux dimanches d'été s'achèvent
D'automne toujours change ma vie.

Dernière randonnée dans la plaine
Avant la venue des grands froids
Déjà d'autre saison s'amène
Le rideau se ferme une autre fois.


Dans la nature le ruisseau chante
Mais il se voit bien délaissé
La fleur frileuse maintenant tremble
L'oiseau s'en va, seul, se réchauffer.


La douceur des couleurs d'automne
Fait vibrer mon cœur et mes yeux
Un regard, une pensée, déjà m'abandonne
Nostalgie, le rêve devient frileux...



Signé: Moa.




Illustration Angelina le pinceau et la  plume.
Repost 0
Published by Moâ - dans Poèmes
commenter cet article